Créer un site gratuitement Close

La méthode de Lavoisier

Laboratoire d'Antoine Lavoisier au Musée des arts et métiers


Lavoisier a laissé à la postérité une oeuvre considérable. Notamment sa manière de travailler qui est désormais admise par tout le monde : il se fie aux résultats de ses expériences plutôt qu'à la théorie. Parmi les apports de sa méthode, on retrouve les méthodes quantitatives. En effet l'un des objectifs de Lavoisier est de mathématiser a chimie. De plus, en tant que fermier général, sa façon de mesurer s'assimile à celle d'un comptable, il mesure tout ce qui entre dans la réaction, tout ce qui en sort et établit un bilan. Ses méthodes de travail se divisaient en trois principes :

 

  • Toute réaction chimique est une équation ; cette égalité se vérifie par la pesée des réactifs et des produits.
  • Afin de prouver une réaction chimique, il faut pouvoir reformer les réactifs à partir des produits obtenus.
  • La loi de conservation de la matière est une loi générale, applicable dans n'importe quel domaine ; en chimie, elle se prouve par l'utilisation de la balance.

Bien que Lavoisier ne soit pas le réel auteur de la loi de conservation de la matière (Anaxagore de Clazomènes et même Isaac Newton avaient admis cette théorie), la "loi de Lavoisier" lui permet de justifier sa méthode : tout peut se mesurer et se calculer. Ainsi dans sa définition de la loi de la conservation de la matière, on retrouve ses trois principes d'expérimentation, d'égalité et de synthèse :

Rien ne se crée, ni dans les opérations de l'art, ni dans celles de la nature, et l'on peut poser en principe que dans toute opération, il y a une égale quantité de matière avant et après l'opération, que la qualité et la quantité des principes est la même, et qu'il n'y a que des changements, des modifications. C'est sur ce principe qu'est fondé tout l'art de faire des expériences en chimie. On est obligé de supposer dans toutes une véritable égalité ou équation entre les principes du corps qu'on examine et ceux qu'on en retire par l'analyse.

Afin d'être le plus précis dans ses mesures, Lavoisier a passé commande chez deux fabricants parisiens. Ces derniers lui ont conçu des balances encore plus précises que celles des bijoutiers. Elles sont dotées d'une lunette fixe qui permet de lire précisément la position de l'aiguille sur un cadran gradué. Ce sont les deux balances les plus précises de l'époque puisque la balance de Mégnié est sensible à 5 milligrammes pour une portée de 600 grammes, la seconde est présise à 25 milligrammes pour une portée de 10 kilogrammes. Muni de telles balances, Lavoisier ne peut que mettre en pratique son envie de tout mesurer. 

Instruments de Lavoisier



Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site